On dit que j’ai des amoureuses

 

 

on dit que je vais mieux
on dit bien des choses
dans la haute ville

on dit que je bois un peu trop
que c’est un triste gâchis
je devrais faire attention

l’amnésie de la nuit
comme une garantit de survie

évite les yeux des histoires envolées

on dit bien que je vais pas bien
on dit bien peu de bien
dans la haute ville

l’amnésie de mon corps
un avant goût de la mort

s’acquitte de mes fuites

on dit bien que je vais mieux
on dit ça des chiens
dans la haute ville

et si je dors en assassinant tous les rêves
c’est pour oublier les visages aimés

qui se présentent chaque soir

on dit bien que j’ai vieillit
et que ça ne durera pas
dans la haute ville

on dit bien des choses
quand on ne sait rien
dans la haute ville

on dit bien des choses
dans la haute ville
afin de croire que l’on n’est pas seul

on dit que je vais mieux

 

que j’ai des amoureuses

 

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018

 

 

Advertisements

Puise temps

 

à Manuel G.

 

à toi dont les toiles
m’étoilent
à toi dont je n’ai su quoi faire
par le chemin de campagne
quand tu m’as donné la main
pour que je traverse
à toi dont l’étoile d’or
me transperce
ce beau voyage que je te souhaite

tu quittes nos années de désespoir
là-haut tu diras tu diras
que nous sommes peu de choses
là-haut tu diras tu diras
j’ai aimé et oublié
j’ai aimé et trahis
j’ai aimé sans savoir
ma peau frissonnante
et le corps nu

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018

Manger les vivants

 

 

le passé vous démunie
parfois de cette lumière
je me suis retourné

c’est ainsi que j’ai rejoué
sur les bancs de mes lèvres

c’est ainsi que j’ai purgé
la mort
lapins et promesses
en devenant un végétal

c’est ainsi que j’ai distribué mon corps
en location sans intérêt

c’est ainsi que je suis sourd
l’histoire d’un devis et d’un paiement
en mensualité de verges

et quand on me dit ce jour
que je dois lever les bras
pour voir mes auréoles
baisser la garde
et baiser la concierge

c’est ainsi que je suis parti
à Buenos Aires
voir l’asphalte inversé

entre ma cafetière et la guerre
le choix n’était guère difficile
en devenant un végétal capitaliste

toutes les maisons incendiées
la vie devant le vide des sentiments
le bon sens a pris la rocade

je suis devenu le riche
celui qui impose par la lâcheté
la bourgeoisie mondiale
et qui fait la morale aux pauvres

le passé vous démunie
de ce que vous étiez
de cette lumière du matin

et fait de vous un monstre

je me suis retourné
j’ai vu ce champs de morts
manger les vivants

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018

Révolution

 

ce soir nous volerons
dessus de carapaces
nos os léger souvenir
du passage d’Orion

ce soir nous volerons
dans le frima des peaux
corps dégelés retrouvés
dans ce grand glacier

ce soir nous volerons
et si nous mourrons
nos impuretés seront victoires
dans la guerre qui vient

contre le un et l’uniforme
contre l’ordre
contre la frontière

l’arc en ciel

 

 

Pierre Vandel  Joubert 2018

Dix papillons

 

 

dix papillons
canopée des illusions
pays d’amour

le bonheur doit être un métier
sur les rives incertaines
et sur tes courbes colorées

l’orange citron des landes
désir de paysan
une braise soufflée dans ta grange

dix papillons
avant de mourir
de tes baisers

ton corps une île
vent et nuages
d’une ivre tendresse

ton sexe de lumière
fait de moi
une ombre portée

c’est une vie trépidante
que celle de mourir

racontent les papillons
ne vivent qu’un jour

et de corps tombés
se rendent au plus fort

 

je n’ai plus de honte
devant le monde

dix papillons
canopée des illusions
pays d’amour

le bonheur doit être un métier

je n’ai plus de honte

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018

Dunkerque M.C

à  Marie- Christine  

 

 

petite dame vous êtes partie
sans oxygène dans la nuit

je me souviens d’avoir dansé avec vous
je savais votre histoire

de vos nuits d’alcool
de votre amour de jadis
passé par dessus la balustrade du 7ème

de vos nuits de prison
puis de vos nuits de rue

petite dame on ne tue pas l’amour
comme ça

je savais votre histoire
le manque d’oxygène
et le carnaval de Dunkerque

petite dame vous êtes partie
sans mot dire

dans la chambre

il reste cette photo
de celui tombé du 7ème

votre amour à jamais pardonné
un dernier verre porte d’Orléans
avant de chuter à votre tour

petite dame vous êtes partie
sans oxygène dans la nuit

je me souviens d’avoir dansé avec vous
et de votre sourire d’éternité ce jour là

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018

Agrume

 

des matins roulent d’or et d’argent
tes yeux s’ouvrent d’océan
le cap Fréhel inspire le large
verts et bleus variant lumière

l’annonce belle de l’aventure

à de grandes traversées
une promesse de tempêtes
mes mains se tendent
enchevêtrées dans l’agrume de ton corps

 

 

Pierre Vandel Joubert 2018